Les Fous d’Arkham

Le choix du nom de groupe Arkham ne vient pas de Lovecraft, comme beaucoup l’imaginait à l’époque mais de Batman et plus précisément une graphic novel sortie sous le titre « Les Fous d’Arkham » dessiné par Dave McKean et écris par Grant Morrison. Le concept de ce texte était de faire un portrait de chacun des quatre musiciens du groupe sous l’angle d’un locataire de cet asile : le satire, le sadique, le glouton et l’hyper-optimiste. Plus tard, avec l’arrivé d’un cinquième membre, Gaëtan, le concept a un peu perdu de son sens. Au cours des mois, la chanson a été arrangée et s’est vue amputée d’un des portraits pour écourter ce titre qui faisait tout de même dans les dix minutes.

SON

TEXTE

Quand un malade te prend la
Main méfie-toi de son rire malsain
Il sait tout ce que tu peux dire
En attendant d’en rire

Il ne pourra jamais faire croire
Que ses mouvements son raisonnés
Que ses délires ses cris sa foire
Sont fait pour t’embrumer

Les fous d’Arkham ont dans les yeux
Un rire malade vert malicieux
Veulent ton cerveau et l’embourber
Le cuire le frire le digérer
Sans but rechercher

Un petit dément s’avance sagement
Méfies-toi de ses mots grinçants
De sa poche une sucette il tire
L’avale sans mots dire

Il ne pourra jamais faire croire
Que ses questions intentionnées
Que ses râles dire qu’il en marre
Sont fait que pour t’embrumer

Les fous d’Arkham ont dans les yeux
Un rire malade vert malicieux
Veulent ton cerveau et l’embourber
Le cuire le frire le digérer
Sans but rechercher

Son estomac est détraqué
Méfie-toi qu’il vienne te bouffer
Lentement il est esquisse un sourire
Il pense déjà à te cuire

Il ne pourra jamais faire croire
Qu’un lymphatique ne peut pas voir
Que sa grande taille de colosse
Enferme un gros molosse

Les fous d’Arkham ont dans les yeux
Un rire malade vert malicieux
Veulent ton cerveau et l’embourber
Le cuire le frire le digérer
Sans but rechercher

Sautillant là comme un taré
Méfie-toi qu’il vienne te sauter
Il bouge partout puis râle un coup
Puis reviens tout motivé
Il ne pourra jamais faire croire
Qu’il aime vraiment tout ce qu’il touche
Que tous ses doigts sont transitoires
Sur un manche ou sa bouche

Les fous d’Arkham ont dans les yeux
Un rire malade vert malicieux
Veulent ton cerveau et l’embourber
Le cuire le frire le digérer
Sans but rechercher

FICHE TECHNIQUE

Arkham, 1994
Composée par Philippe Pironet, David D’Ascenzo et Jean-Marc Ernes
Texte de Jean-Marc Ernes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s