Le Champ de nénuphars

Ce texte fut écris avant Arkham et adapté sur cette compos funk-rock. C’est toujours de l’écriture automatique. Ça parle d’une rupture amoureuse, d’un rival fantasmé et de paranoïa.

SON

TEXTE

Lorsqu’en prison je me sens roi et que tout bouge autour de moi
Une ombre apparaît pleutre et malsaine sans qui mon chat se baigne
Par delà les saisons neutres qui crient mon nom au-dessus des toits
Mes comparses malicieux avalent d’une bouchée mon chat

Ris de mes colères de mes pleurs de mes haines
Crie pour satisfaire la rancœur de ton crime
Sans jamais parler du seul temps qui me peine
Et pour oublier si c’est toi qui l’anime

Comme un nénuphar au milieu de l’étang
J’espère trouver par hasard un grand océan
Mon chat m’accompagne, ne veut pas me quitter
Et le seul drame c’est qu’il veut pas s’baigner

Toi qui tue mon chat je hais tes pensées
Elles sont tellement fades qu’elles sont oubliées
Sans postérité elles se discuteront
Et à tout jamais elles réapparaîtront

Si le bateau de pêche peut nous éventrer
Nous ne mourrons pas sans accompagner
Un cortège de chats malsains ou morts-nés
Cherchant par hasard le champ de nénuphar

FICHE TECHNIQUE

Arkham, 1993
Composée par David D’Ascenzo, Jean-Marc Ernes et Philippe Pironet
Texte de Jean-Marc Ernes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s