Meha

Probablement la chanson dont nous avons eut le plus honte après l’avoir joué une seule et unique fois en concert. Elle était beaucoup trop positive et joyeuse par rapport à notre style à l’époque. Le texte parle de magie blanche et de magie noire comme du ying et du yang. Le final de cette chanson était lui beaucoup plus dur. On l’a conservé pour clôturer nos concerts. Meha est le suffixe que l’on a accolé à Arkham après nous être rendu compte que d’autres groupes avaient déjà pris ce nom. C’est le fruit d’un jeu de mot avec Khameha, la vague déferlante des combattants de l’école de la tortue dans Dragon Ball.

SON

TEXTE

Mémoire en explosion devra détenir toute la passion
Végétant en surface ce sont des dieux dont le sang se glace
Magie blanche et puissance

Volonté de pouvoir comme les dieux détenir la mémoire
Pour donner des leçon sur la terre la roche et l’érosion
Magie noire et pouvoir
Magie blanche et puissance

Pour pousser vers une seule solution
Pour aller vers la résurrection
Pour pouvoir dire non aux cons
Et pouvoir faire sa révolution

Pour pousser vers une seule solution
De dire non à la résurrection
Pour savoir où se situe les cons
Et rire des minables révolutions
Meha Meha

Magie blanche et puissance
Magie noire et pouvoir
Meha Meha Meha Meha

FICHE TECHNIQUE

Arkham, 1995
Composée par David D’Ascenzo, Gaëtan Streel, Jean-Marc Ernes et Philippe Pironet
Texte de Jean-Marc Ernes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s