Mort solitaire

Ce texte a presque été co-écrit avec mon fils. Je lui avais demandé d’improviser sur l’instru et j’ai gardé certaines de ses touches puis m’en suis inspiré pour écrire le texte. On vit près d’un cimetière. Il y a des corneilles. Surtout en automne…

TEXTE

Un tapis d’herbe au pied d’un arbre
Des pierres de taille formant un lac
Un lourd et oppressant silence
Puis ces foutus corbeaux croasses

Tous ces solitaires détestent
L’agitation les agresse
Et lorsque celui ci recherche
Un abri se planque dans ce cimetière

Oh oui ma tombe
Se baladant au milieu des corps
Aucun ne converse aucun ne sent

Seul ces foutus corbeaux croassent
En chopper un qui beaucoup jacasse
Lui tordre son foutu petit coup
Puis sur une porte au bout du clou

Sa tranquillité n’est pas
Négociable et qui que ce soit
Tout qui la brisera sera jugé
Tout sera jugé coupable
Oh oui aujourd’hui

Il se sent mal
Regarde cette dalle
Veut en finir
Y demeurer

Au moins au fond de son cercueil
Il évitera tous les écueils
Personne ne pourra l’emmerder
Plus personne ne pourra l’importuner

Il parcourt sa route est blanche
Et sa tombe sera rouge et blanche
Oh oui ! Je crois qu’il va pleurer
C’était un homme un peu trop vieux

FICHE TECHNIQUE

Infuero, mai 2016
Composée par Claude Englebert, Jean-Marc Ernes, Emeric Jandrin, Stéphane Georges et Raphaël Brundseaux
Texte de Jean-Marc Ernes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s