#219 > 2017, 11 novembre, Chênée, CCJC – MJ Chênée, D.Majiria 2.0

22770034_10156930801178079_6349266203076384582_oEn juillet 2010, D.Majiria avait donné, sans le savoir, son dernier concert. Sans tambours, sans trompettes et dans l’indifférence. Alors que la date du 20e anniversaire pointait le bout de son nez, Yoni le batteur de Rorcha et mon épouse se retrouvent par hasard dans un bar et finissent par parler de D.Majiria avec nostalgie. Et elle m’envoi un sms pour me suggérer l’idée de faire un ultime concert pour fêter cet anniversaire. Je suis dans un bon jour. Et l’idée se développe dans ma tête. Ce serait aussi l’occasion de mettre le mot fin à cette fabuleuse histoire mais aussi de faire une grosse fête.

Mais il y a un problème : le line-up. Je sais que Gaëtan n’a pas l’envie de relancer le projet (ni la mémoire pour restituer les titres). Je lui en parle et ça se confirme. Et, à part Gaëtan et moi, le line-up du projet a beaucoup changé. Je n’avais pas envie de privilégier un duo basse/batterie plutôt qu’un autre, d’autant qu’ils avaient tous pratiquement quitté le navire en cours de route. Je ne trouvais pas ça très logique et j’avais besoin d’être entouré de personnes bienveillante par rapport à ce projet. Et puis, Yoni était à l’initiative de l’idée. Et Yoni avec D.Majiria, c’est un rendez-vous manqué. Il avait postulé comme batteur mais s’était rétracté. Pour avoir joué avec lui dans Rorcha, je sais déjà qu’il assimilerait le set rapidement et avec un bonne dose de motivation. Il est ultra fan depuis des années. Et c’est une façon, aussi, de réparer quelque chose. Des idées fondatrices pour ce projet émergent donc : trouver des musiciens qui apprennent vite et qui ont un affect par rapport au projet et résoudre des histoires inachevées.

Dans Arcus, Géo me parlait régulièrement de D.Majiria. Tout comme Yoni, il avait eut l’envie de jouer dans ce groupe et dans K-Lizeüm, Jimmÿ manifestait le même engouement. Le line-up 2.0 était donc tout trouvé. Ce serait donc un autre groupe : D.Majiria 2.0. Une nouvelle version et une référence au chiffre 20. Restait à convaincre les « anciens » de participer. Je contacte donc tous les anciens membres de groupe et leur propose de venir sur un titre ou deux jouer l’instrument qu’ils occupaient à l’époque. J’ai perdu tout contact avec Philippe et Yannick est devenu injoignable. Ils ne feront donc pas partie de la fête. Phil et Patrice, duo de la grande époque, déclinent l’invitation. Considérant que ça ne corresponds pas à leur vision du projet. Ce concert est surtout une occasion de tourner la page et j’ai eut le sentiment qu’ils n’étaient pas prêt à faire le deuil, malgré qu’ils l’avaient quitté bien des années avant qu’il ne prenne fin…

John, Chris, Oli, Bruno et bien sur Gaëtan répondent à l’appel. Pour l’occasion, Gilles revient expressément de Biarritz où il vit désormais. Mais, il manque des gens à la fête. Ceux qui faisaient partie de notre entourage. A commencer par Philibert qui a fait le son du groupe pendant de nombreuses années et avec qui j’ai gardé de très bons contacts. Et c’est tout naturellement que l’idée de proposer le concert à la MJ de Chênée arrive sur le tapis. Non seulement, Chênée est un lieu où D.Majiria a de très bons souvenirs mais en plus Philibert travaille là-bas et la MJ aurait bien besoin d’un coup de pouce pour sa partie culturelle. Comme de toute façon, je voulais faire un concert gratuit, pour partager ce moment avec un max de monde et aussi pour ne pas m’encombrer d’un poste en trop… Finalement, avec la MJ, on décide que l’entrée se fait « au chapeau » donc, les gens donnent ce qu’ils veulent et ces recettes reviennent entièrement à la MJ. Deal parfait.

Dans le reste de l’entourage, il y a JF et Antho, qui avaient été manageur et stage-manager mais qui sont aussi respectivement chanteur et guitariste. Ils avaient fait une guest sur La Mort au choix, je décide donc de remettre ce titre dans la set-list. Laurent, chanteur de Spleen à l’époque, était apparu sur l’album sur Les Enfants du sang, du coup il viendra chanter La Corde raide (Parce qu’on fait ce qu’on veut). Et ainsi de suite… J’ajoute des potes chanteurs de l’époque : Jef (Akilli’s Tendon), Denis (Set the Tone sur Je ne vous aimes pas comme aux Ardentes), Nico (Narthex), Phil (FAKE), etc. Tous des chanteurs de groupes qu’on côtoyait à l’époque (détails dans la set list plus bas). Ca fait au final 20 invités. C’est donc pas mal de logistique et vu que je suis sur scène, je me fait aider en backstage d’Antho et de Vincent (un « ex-fan » qui organise des concerts). Bref, c’est un gros truc mais comme je suis seul maître à bord, c’est plus « simple ». 

La date se fait le 11/11, date « anniversaire » (en vrai c’est le 22) de D.Majiria. Il va surtout falloir organiser tout ça : contacter tous les protagonistes, les convaincre, organiser des répétitions pour le band « 2.0 », des répétitions générales avec les invités… Tout est sous contrôle. Mis à part un détail : arrivé au 2/3 de la période des répétitions du band « 2.0 », Géo calle. On a la moitié des titres du set mais lui sature et n’arrive plus à apprendre des chansons supplémentaires. Il est vrai qu’à l’écoute, les riff de Gaëtan sont simple mais à jouer c’est complétement anticonformiste, ce qui complique les choses. J’ai donc besoin d’un vrai magicien. Et quand j’ai besoin d’un magicien, je pense directement à un gars : Thomas, le guitariste de K-Lizeüm. Thomas a une capacité impressionnante à déchiffrer un morceau et à le restituer. Son intégration dans le line-up 2.0 permet de réaliser un autre de mes rêves : avoir deux guitaristes sur D.Majiria. Car, au final, au fur et à mesure des répétitions, Thomas intervient sur des morceaux de Géo et inversément. Et puis, il a Gaëtan qui participe à certaines répète pour expliquer ses trucs… Bref, ça devient de mieux en mieux. Il y a une vraie osmose dans ce band et une bonne énergie. Pour pousser le vice, et restituer le son de D.Majiria, je demande même à Gaëtan si il est d’accord de prêter son ampli et son box qui donnait la couleur au son guitare. J’organise deux répétitions générales avec les musiciens et les chanteurs. Tout le monde joue le jeux. Tout semble bien se présenter pour le jour J.

Je prépare une promo d’enfer avec la présentation de tous les invités sur la page du groupe et sur l’évènement Facebook. Je bats bien sur le rappel. Je prévois d’immortaliser l’évènement et je contacte quelques potes pour filmer ou gérer les caméras fixes. Le concert sera monté puis balancé sur Youtube les jours après le concert.

Le jour J tout se passe super bien. On bats les records de fréquentation de la MJ, ce qui, il faut bien l’avouer, n’est pas trop compliqué vu qu’avec 20 invités et un concert gratuit, ça fait beaucoup d’incitant à la base… Pour ne pas monter sur scène d’emblée, je propose à Yoni d’ouvrir avec Hethout. Et je demande à Greg de proposer un DJ set après pour ne pas finir la soirée juste après. Je prépare une intro et une outro juste pour l’occasion. L’outro est constitué de son de D.Majiria mais aussi des autres projets que j’ai à l’époque : Arcus et K-Lizeüm pour faire un passage de flambeau. Je travaille un final très symbolique sur Mauvais fils où j’hurle un « merci » avec tout ce qui me reste de voix.

C’est donc l’occasion d’intégrer un peu de mise en scène et d’autres choses que je ne pouvais pas me permettre dans D.Majiria à l’époque car il fallait faire des concessions avec les autres musiciens. Etant seul à bord, je faisais ce que je voulais. Entre les morceaux, je cabotine parfois un peu trop mais peu importe. Certain·e·s, me le reprocheront mais je m’en fout. Cette fois j’assume mon rôle de chanteur et de leader. Je reste moi-même, tout en partageant ce moment avec d’autres. Oui, c’est ma vision de D.Majiria mais, après tout, c’est moi qui ai créé le projet 20 ans plus tôt avec David et Philippe. Tous les autres musiciens sont venu après. Bien sur, j’ai partagé, avec beaucoup de plaisir, la cogestion du projet toutes ces années, en m’effaçant parfois beaucoup en fonction des personnalités. Mais cette fois, pas de concessions.

Au final, c’est un bon show. J’assume tous les choix et c’est comme ça qu’un tel concert devait se dérouler. N’en déplaise aux esprits chagrins dont j’ai décidé de ne plus me préoccuper depuis un certain temps. Je fais de la musique pour partager ma passion, pas pour plaire à une minorité de musiciens complexés. Ces derniers propos peuvent paraître revanchards mais après tout, ça fait aussi partie de l’ADN de D.Majiria qui avait été créé sur base du split d’Arkham dans une certaines ambiance revancharde.

En conclusion : c’est une des expériences dont je suis le plus fiers. Ca m’aura permis de prendre de l’assurance sur différents domaines et d’appliquer des nouvelles recettes à mes projets futurs. Tourner cette page m’aura permis d’ouvrir aussi d’autres perspectives. D’ailleurs, par la suite, de nouveaux défi très, très intéressant se présentèrent à moi. Mais ça, c’est une autre histoire comme dirait Gérard.

GROUPES

Hethout, D.Majiria, DJ Gregy’s Dreams

LINE-UP

D.Majiria 2.0

Basse : Jimmÿ Senoussi
Guitares : Geoffrey Dupuis, Thomas Facella
Chant : Jean-Marc Ernes
Batterie : Yoni Imbro

Son : Philibert Otto

SET-LISTE

  1. Elle me tue
  2. Semer le doute
  3. La Route du Paradis
    Avec Jonathan Elias (aussi dans IFA, The Link, Goliath et Ezekhiel, un de mes groupes actuels) à la batterie. C’est son morceau préféré. Et Jef au chant. Jef était un des deux chanteurs d’Akilli’s Tendon.
  4. La Corde raide
    Avec Christophe Davenne (aussi dans FAKE et Eaggle’s Road) à la guitare. Il avait participé aux arrangements de ce titre. Et Laurent Harzé au chant. Laurent était le leader de Spleen et a participé à l’album mais sur un autre titre.
  5. Tahiti Bob
    Avec Bruno Moës à la basse. Bruno a fait partie de la 2e période où on jouait beaucoup les 2 premiers EP. Et Nicolas Piron (Hydra) au chant. Nico était venu faire une guest sur ce titre au Nandrin Festival. Si j’avais retrouvé Yannick, je lui aurais proposé de jouer ce titre. Au chant aussi Aubry André, qui avait suivi aussi le groupe comme ingé light mais est surtout un super guitariste qui a joué dans un paquet de projets.
  6. Hybride
    Avec Bruno à nouveau. C’est lui qui avait composé ce titre. La ligne d’intro basse, c’est vraiment sa patte. Et Nico Galli (Narthex, Deadalus) au chant. 
  7. La Mort au choix
    Avec Gaëtan Celi à la guitare. Cette première reprise lui tenait vraiment à cœur, c’est lui qui avait proposé l’arrangement. Et Anthony Rodriguez (The Waow) et JF Dozo (The Famous HIV) qui ont fait des guests sur ce titre dans plusieurs concerts et qui faisaient partie des hommes de l’ombre du groupe.
  8. Je ne vous aime pas
    Avec Denis Lerusé (Set The Tone, Lady Carnage) au chant. Il était venu en guest sur ce titre aux Ardentes en 2006. J’avais pensé la proposer à Pat à la batterie mais comme il a décliné l’invitation…
  9. Loin d’ici
    Avec Olivier Debing à la batterie. C’est lui qui a choisis ce titre. Et Maxime Ha Van (Firedown, Yuri) au chant. Max n’était pas là à l’époque mais j’aime sa personnalité. Il fait plus partie de l’univers de K-Lizeüm… Quelques temps après ce concert, il intégrera le nouveau projet de Gaëtan : Yuri. 
  10. Cercle vicieux
    Avec Chris à nouveau à la guitare. Là aussi, il a participé à l’arrangement. C’est le titre que je voulais proposer à Phil mais il a décliné l’invitation. Et Thomas Robart (IFA) au chant. IFA est un groupe avec lequel on a partagé de nombreuses fois la scène.
  11. Faces
    Avec Philippe Lardinois (FAKE) au chant. Il est tellement rare d’avoir Phil quelque part. C’était vraiment chouette qu’il soit là. J’avais proposé à JP Devox et Kevin, respectivement guitariste et chanteur de Da Familia de venir faire une guest sur ce titre. C’eut été surprenant et amusant. JP avait contacté Kevin : sans succès et finalement JP a été malade et n’a pas pu participer.
  12. J’arrache
    Avec Gilles Hennin (IFA, X-Dalhia) à la basse. Et Jérémie Laitem à la guitare. Sauf que là, c’était une surprise pour le band car je ne leur avait pas dit. Jerem était très fan de D.Majiria à l’époque et a depuis roulé sa bosse et joué dans de nombreux groupes. 
  13. Etat paradoxal
    Avec Gilles à nouveau qui a insisté pour en faire deux. Et François Szabo (The Molk) au chant. Un « jeune » dont j’appréciais le chant. 
  14. Mauvais fils
    Avec Gaëtan pour le bouquet final. Dans l’outro, on entends la mélodie d’Après l’ouragan d’Arcus, les rires de Libère de bizarre de K-Lizeüm mais aussi l’intro de concert qu’on utilisait à l’époque pour K-Lizeüm, histoire de faire un passage de relais. Le texte du drama du Prisonnier, utilisé aussi sur l’album, mais pas exactement le même dialogue, n’est pas choisis par hasard et est porteur de sens : « Dernière épreuve », « Enfin le droit d’être traité en individu par les autres individus », « Et voyez cette assemblée qui se lève devant vous, monsieur », « Ma vie m’appartient », « Je voudrais vous remercier » pour finir par un décompte qui abouti à un « merci » hurler avec tout ce qui me reste, ponctué du geste du bras qui tourne que je replacerais l’année suivant dans The Voice. Oui, je me suis vraiment amusé avec le sous texte. Même si personne n’en a saisi la subtilité et le détail. J’y ai pris énormément de plaisir.

DATE

Samedi 11 novembre 2017 à 20h
Centre Communal des Jeunes de Chênée
Allée Edgard d’Hont 4, 4032 Chênée, Belgique

> Concert précédent : Arcus + K-Lizeüm au Ludus Festival
> Concert suivant : K-Lizeüm à la Cave à rock

Evènement Facebook

VIDEOS
L’intégrale du concert

PHOTOS
Par Maëva Brifflot

Par Jihef Pichon

Autres photos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s